Les chiffres clés

En 2016, le nombre de notifications double encore par rapport à 2015, atteignant des niveaux records encore jamais atteints sur la région. La reprise de la dynamique de conversion qui s’est amorcée en 2014 (63 projets de conversion) s’est ainsi très nettement accrue entre 2014 et 2015 (137 nouvelles notifications auprès de l’Agence Bio en 2015). Elle s’accentue encore en 2016, avec 232 nouvelles notifications auprès de l’Agence Bio en 2016. On estime ainsi à près de 1 400 le nombre total de fermes engagées en bio en Auvergne en 2016, pour environ 80 000 ha (estimations non consolidées – les « nouvelles notifications » correspondent aux fermes nouvellement engagées en bio, via les conversions et les installations ).

>> Consultez la plaquette des chiffres clefs de 2015 de l’agriculture biologique en Auvergne

>> Pour mémoire, retrouvez ici les chiffres clefs 2014 de la bio en Auvergne

Ce dynamisme des conversions bio s’explique en 2016 par :

  • une vague de conversion massive en bovins lait, due à une forte demande des collecteurs de lait bio de la région; les producteurs y ont été particulièrement sensibles vue la conjoncture laitière conventionnelle;
  • la poursuite des conversions dans les autres systèmes de production, notamment en élevages bovins allaitants. Là encore, la conjoncture économique difficile en conventionnel et un marché bio toujours demandeur, sont autant de facteurs qui peuvent faciliter la décision du passage en bio pour les éleveurs.
  • De plus, l’agriculture biologique est désormais perçue comme un système de production à part entière, créatrice de valeur ajoutée. Ce discours positif et qui n’oppose pas « agriculture bio » et « agriculture conventionnelle« , incite de plus en plus de producteurs à réfléchir à ce mode de production.
  • Enfin, les agriculteurs qui s’interrogent sur l’opportunité d’un passage en bio, peuvent désormais plus facilement bénéficier d’un accompagnement : diagnostics de conversion gratuits grâce à une prise en charge financière régionale, compétences techniques disponibles sur la région,  échanges de pratiques possibles au sein de réseaux de producteurs biologiques organisés par production…

evolution-notifications-2016

 

Alors que les nouvelles notifications d’exploitations de 2015 concernaient majoritairement des fermes ayant une activité dominante bovin viande (46 nouvelles notifications sur 137 en 2015), ce sont les nouvelles notifications en bovin lait qui ont été dominantes en 2016 (138 nouvelles notifications sur 232). Cette importante dynamique de conversion laitière a  débuté dès le 2ème semestre 2015, le plus souvent selon un rythme dit de « conversion non simultanée » (démarrage de la conversion des terres avant le démarrage de la conversion du cheptel).

(données issues de l’observatoire régional de l’AB et de l’observatoire des conversions – Chambre régionale d’agriculture Auvergne Rhône-Alpes)